News

Un magnifique concert offert aux patient·e·s de l’Hôpital de Morges

A quelques jours des fêtes de fin d’année, les patient·e·s de l’Hôpital de Morges ont eu la chance d’être conviés à un magnifique concert de violoncelles, interprété par les élèves du Conservatoire de l’Ouest Vaudois (COV). Organisé comme chaque année depuis 2015 par la Dre Nicole Doser – médecin cheffe au Service de médecine de l’EHC – ce dernier s’est déroulé le mercredi 18 décembre 2019. Convivialité et détente étaient au rendez-vous, pour le plus grand plaisir des patient·e·s !

« La période des fêtes est toujours un moment spécial dans l’année, synonyme de partage en famille. Etre hospitalisé·e à ce moment-là n’est évident pour personne. Nous avons donc pensé à organiser un moment de partage festif en faisant venir les enfants du conservatoire de Morges pour qu’ils jouent des chansons de Noël. C’est vraiment un concert magique tant pour les enfants que pour les patient·e·s. »

Une vingtaine d’élèves de la classe de M. Gérard Leclerc, professeur de violoncelle au COV, ont joué pendant près d’une demi-heure de célèbres hymnes de Noël pour un public venu en nombre, attentif et ravi du concert. Il s’agit de morceaux qui ont été travaillés durant l’année et c’est une opportunité unique de les présenter à un large auditoire. Patient·e·s, soignant·e·s et proches ont été transportés quelques instants dans l’univers magique de Noël et la soirée s’est terminée autour d’une délicieuse collation préparée par les cuisines de l’hôpital.

Partager:

En 5 ans, près de 3'000 seniors ont bénéficié des soins de l’Hôpital de Morges

Développé en 2014, le Service de Soins aigus aux seniors (SAS) de l’EHC fait figure d’exemple parmi de nombreuses institutions en Suisse romande. Retour sur cette petite révolution en milieu hospitalier.

Un enjeu de taille
Le milieu hospitalier est parfois délétère pour la population âgée, car « quand ces patients arrivent, ils se déconditionnent rapidement, perdent leurs repères et habitudes. 50% des pertes fonctionnelles ont lieu durant une hospitalisation », explique Yaëlle Rhyner, infirmière clinicienne experte en gériatrie.

Les équipes soignantes ne sont, quant à elles, pas toujours armées pour prodiguer des soins aux personnes âgées. « Avant le développement du SAS, une des grandes plaintes pour la sécurité était que les collaborateurs ne savaient pas gérer les patients agités et se sentaient parfois en danger. Aujourd’hui, cette plainte a pratiquement disparu, car nous avons pu leur donner de bons outils », continue la Dre Nicole Doser, médecin-cheffe en gériatrie à l’EHC. La Dre Nicole Doser et Yaëlle Rhyner donnent régulièrement des formations aux nouvelles collaboratrices et nouveaux collaborateurs de médecine où l’on ne parle plus de prise en charge mais de « prise en soins » car il s’agit de s’occuper du patient dans son ensemble. Au-delà du traitement médical, il faut aussi s’assurer que les personnes âgées puissent retourner à la maison dans les meilleures conditions possibles et leur permettre de conserver au maximum leur indépendance.

Une approche globale et multisensorielle
Situé au 2ème étage de l’Hôpital de Morges dans le Service de médecine, le SAS est facilement identifiable par ses portes de chambre violettes, arborant des dessins de chapeau ou de coccinelle pour aider les personnes aux troubles cognitifs à mieux se repérer. D’autres aménagements spéciaux ont été réalisés comme des barres lumineuses automatiques pour les toilettes ou des bandes noires au sol des portes du service pour créer un sentiment de vide, ralentissant des patients confus souhaitant sortir. Un jardin thérapeutique – composé de plantes aromatiques, romarin, basilic, sauge et de plants de tomates – a aussi été aménagé dans les jardins de l’hôpital. L’idée : stimuler les patients par une expérience sensorielle afin de les reconnecter à la réalité.

Un service qui a fait ses preuves
D’après les chiffres du SAS, seulement près d’1% des patients restent dans un état confusionnel après leur passage dans le service. « Les effets sur nos patients ont été bénéfiques. On voit que notre approche a porté ses fruits », se félicite Yaëlle Rhyner. Depuis le lancement du service en 2014, près de 3'000 patients y ont été traités. Ce succès attire d’ailleurs l’attention d’autres institutions, en Suisse romande et au-delà, qui viennent régulièrement visiter le SAS pour découvrir ses bonnes pratiques. « Je n’ai pas commencé ma carrière dans cet univers, mais pour rien au monde je ne changerais ce que je fais aujourd’hui », conclut la Dre Doser.

Le SAS  : une équipe pluridisciplinaire
Le SAS c’est aussi une approche pluridisciplinaire qui réunit plusieurs disciplines afin de permettre un suivi global et adapté aux personnes âgées. Le service collabore notamment avec la physiothérapie et la diététique. Voici en quelques mots ce que le SAS signifie pour celles et ceux qui y travaillent  :

  • Sylvie Dentan, cheffe du Service de physio-ergo  : « Cette nouvelle approche du patient gériatrique propose un plan de thérapies adapté à ses besoins afin de favoriser son autonomie et son retour au domicile.  »
  • Carine Robinet, aide-soignante : « Le SAS a marqué une révolution dans la prise en soin du patient âgé et une évolution dans nos mentalités de soignants, notamment en nous recentrant sur l’humain dans les soins.  »
  • Catherine Pouly, diététicienne  : « Une alimentation équilibrée est importante tout au long de la vie et cela s’accentue avec l’âge. Les seniors représentent une population à haut risque de dénutrition ; leur alimentation apparait donc comme un facteur essentiel dans une prise en soins globale. »
  • Sabine Janier-Dubry, ICUS du Service de médecine 1  : «  Enfin une unité hospitalière qui met à disposition de nos personnes âgées fragiles, en situation aigue d’une pathologie, de véritables compétences soignantes gériatriques ainsi qu’une infrastructure adaptée.  »
  • Rachel Piguet Bertossi, infirmière clinicienne s’exprime en reprenant les mots de Victor Hugo pour qui « La vieillesse bien comprise est l'âge de l'espérance. »
  • Alexia Maspero-Deslex, neuropsychologue  et Ulrika Hedman, psychologue : « L’écoute participe au bien-être et au maintien de la qualité de vie des patients. »
  • Fabienne Savoy, responsable médico-économique  : « Une approche pluridisciplinaire au service du patient.  »
  • Carole Ricbourg, infirmière de liaison  :  «  Le SAS offre au patient âgé le respect de ses choix de vie.  »

© photo : Maud Guye-Vuillème pour l'EHC

Partager:

La Chaplin's Night clôture l'année du 150ème anniversaire de l'Hôpital de Morges dans la magie !

Vendredi 6 décembre 2019, près de 1600 personnes se sont donné rendez-vous sur la Place de Bellerive à Lausanne sous un chapiteau pour assister au 125ème spectacle du Théâtre des enfants de La Paternelle, « Charlot et les égarés du cinématographe ».

Animé par une troupe de 200 jeunes, le spectacle a montré comme le disait Charlie Chaplin que « Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire paraître. » Un vrai feu d’artifice de couleurs et d’émotions pour clôturer une année exceptionnelle ! Une soirée magnifique et pleine d'émotions sur le thème universel de Chaplin pour remercier les collaboratrices, collaborateurs et amis de l’EHC de leur soutien et leur engagement au quotidien. Un grand bravo aux organisateurs, à nos équipes et à la merveilleuse troupe du Théâtre des enfants de La Paternelle.

Revivez la soirée en images avec la galerie photos et le clip ci-dessous  :

 

Découvrez les articles sur le spectacle :
 La Paternelle déménage pour son 125ème spectacle
- 20 Minutes
- Le Matin
- La Liberté
- La Tribune de Genève
- 24 heures
Indémodable Chaplin, Journal de Morges

Partager:

Traitement ciblé des cicatrices à l'EHC

Le thème du traitement des cicatrices est encore relativement peu abordé dans le suivi des patients en physiothérapie et ergothérapie, les cicatrices étant considérées comme peu limitatives. Et pourtant, cette pratique spécifique revête une importance particulière car certaines cicatrices ont une incidence concrète sur le mouvement, certaines douleurs et la souplesse des tissus.

C’est le cas plus particulièrement des grandes cicatrices liées à des interventions chirurgicales comme l’opération du sein suite à un cancer, la pose d’une prothèse de genou, l’opération de la main ou la greffe de peau. Ces cicatrices sont travaillées de manière spécifique à l’EHC, manuellement et maintenant mécaniquement grâce à un appareil de dermo-aspiration, acquis en janvier 2019 par le Service physio-ergo.

Sylvie Dentan, Responsable du Service physio-ergo à l’EHC est spécialiste dans ce genre d’interventions. Elle a formé son équipe et ensemble, ils travaillent en interdisciplinarité avec la Dre Nathalie Koch, médecin agréée au Service de chirurgie plastique, esthétique et reconstructive et avec le Dr Lucien Perey, médecin agréé du Service d'oncologie, à l’EHC. Les Dr Koch et Perey l’ont d’emblée soutenue dans sa démarche en se montrant sensibles à l’importance de travailler à l’implémentation de bonnes pratiques dans le traitement des cicatrices, pour un meilleur suivi et le bien-être des patients. «  Les patients concernés par cette prise en charge voient des résultats concrets très rapidement, tant dans l’amélioration de leurs mouvements que la souplesse de leurs tissus » précise Sylvie Dentan, avec le sourire. Deux aspects qui font, selon elle, toute la différence dans leur quotidien.

Partager:

Les 150 ans de l’Hôpital de Morges se terminent en beauté sous le signe de Chaplin : une soirée inoubliable en perspective !

Pour les 150 ans de l’Hôpital de Morges, l’Ensemble Hospitalier de la Côte s’associe à La Paternelle qui produit chaque année un spectacle pour enfants, qui fait partie des meilleurs d’Europe ! Afin de célébrer cette année commémorative, l’EHC a décidé d’offrir la soirée du vendredi 6 décembre 2019 pour ses collaboratrices et collaborateurs, leur famille ainsi que pour son réseau de partenaires et d’amis.

Placé sous le signe universel de Chaplin, le 125ème spectacle du Théâtre des enfants de La Paternelle présente « Charlot et les égarés du cinématographe » sous un chapiteau à la Place de Bellerive à Lausanne. Un vrai feu d’artifice de couleurs et d’émotions pour clôturer une année exceptionnelle.
Il reste quelques places! Nous avons le plaisir de les offrir aux amis et aux partenaires de l'EHC.

Inscrivez-vous en ligne pour une soirée qui s'annonce, d'ores et déjà, pleine d'émotions sur : https://www.weezevent.com/150-ans-hopital-de-morges
Retrouvez les coulisses du spectacle sur RTS la 1ère de 11h30 à 12h30 aux Dicodeurs avec Eugène Chaplin.

Partager:

Une délégation indienne en visite à l’EHC

Ce matin, l'Ensemble Hospitalier de la Côte a eu le plaisir d'accueillir une délégation indienne à l’Hôpital de Morges, menée par la Ministre de la santé de l'État du Kerala Mme KK Shailaja Teacher, dans le cadre d'une visite officielle en Suisse. Une opportunité d’échanger sur les différents systèmes de santé et de faire découvrir l’EHC comme institution de référence pour la santé dans le canton.

La délégation était composée de représentatifs du secteur de la santé de l’État du Kerala  : Mme KK Shailaja Teacher, Ministre de la santé et du bien-être familial, de la justice sociale et du développement des enfants de l'État du Kerala, le Dr Rajan Khobragade, IAS Prl Secrétaire de la santé et du bien-être familial, le Dr Sharmila Mary Joseph, IAS Secrétaire AYUSH (Ayurveda, Yoga naturopathie, Unani, Siddha , Homéopathie) et le Dr Dileep Kumar, Directeur général de Kerala Medical Service Corporation Ltd.

Après une introduction sur l’EHC et son ancrage régional par le Directeur général, Dr Mikael de Rham, la délégation a eu l’opportunité de découvrir les différents services de l’Hôpital de Morges dont le Centre d’antalgie avec la Dre Vaishali Wankhede, médecin-cheffe du Département d’anesthésie, antalgie et neuromodulation ainsi que les nouveaux espaces comme la Clinique de Morges. La délégation a par la suite continué sa visite officielle à Berne.

©photo : Maud Guye-Vuillème pour l'EHC

Partager:

Presque deux fois le tour de la terre : 70'459 km réalisés en 28 jours à l’EHC

Le défi des 10'000 pas, débuté en octobre 2019 à l’EHC, touche à sa fin. Au total, 271 collaboratrices et collaborateurs ont réalisé 93'946'121 pas, soit 70'459 km et donc presque deux fois le tour de la terre.

L’EHC s’engage au quotidien pour la santé de ses collaboratrices et collaborateurs. Cet automne, l’EHC leur a proposé de relever le défi des 10'000 pas, développé par Unisanté. L’objectif  : réaliser 10’000 pas par jour, en se déplaçant au maximum possible à pied au travail et en dehors. L’action, menée par le Service de santé et sécurité au travail de l’EHC, a permis d’offrir une alternative à la sédentarité tout en faisant la promotion d’une activité physique modérée comme la marche.

Pendant 28 jours, 271 collaboratrices et collaborateurs, armés de podomètres et répartis en 56 équipes, ont privilégié la marche dans leurs déplacements, les escaliers pour atteindre les différents étages et la tenue des réunions plutôt qu’assises. Ils ont aussi pu découvrir le nombre de pas effectué régulièrement en une journée et trouver des solutions en faire plus sans pénaliser leur quotidien. Les équipes ont alors fait en moyenne 12'381 pas par jour, un résultat bien au-dessus de la cible initiale.

Trois équipes se sont distinguées durant le défi, en ayant réalisé la meilleure progression tout au long de l’action  :
- « L’équipe de choc », composée de 5 agentes de propreté du Département de logistique, avec 23'305 pas
- « Les spices girls », regroupant des assistants socio-éducatifs de l’EMS Nelty de Beausobre et un soignant du Service de médicine, avec 17'216 pas
- « Gaccs First », réunissant des ingénieurs et des électriciens du Département infrastructures, avec 14'636 pas

Ces trois groupes ont été récompensés avec un panier de fruits et des chocolats lors du goûter de célébration.
Un grand bravo à toutes nos équipes  !

Bénéfique pour la santé, la marche est une des activités les plus accessibles quel que soit le niveau sportif ou le lieu de travail. A votre tour de réaliser le défi  !

Partager:

Comprendre les escarres : rendez-vous le 21 novembre 2019

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre les escarres, l’Ensemble Hospitalier de la Côte organise le 21 novembre 2019 un stand d’information à l’entrée de l’Hôpital de Morges. Une opportunité pour mieux comprendre les escarres et leurs enjeux en milieu hospitalier.

Qu’est-ce qu’une escarre?
Il s’agit d’une plaie provoquée par une pression continue ou un frottement prolongé. Les talons et le sacrum sont les parties plus à risque. Si la lésion n’est pas traitée à temps, ses conséquences peuvent être très graves, prolongeant la durée d’hospitalisation,  entraînant de fortes douleurs et nécessitant parfois des soins sur plusieurs mois. Le phénomène touche 5.8% des patients en Suisse. L’enjeu est d’encourager la mobilité et agir sur les différents facteurs de risques tels que l’humidité et la dénutrition par exemple

Journée dédiée à la prévention des escarres
En janvier 2019, l’EHC annonçait avoir réduit près de 70% les escarres les plus sévères après avoir conduit un projet de prévention sur une durée de 18 mois. L’enquête de novembre 2019 confirme que les efforts de prévention mis en place portent leurs fruits. Fort de cette réussite, l’EHC propose le 21 novembre 2019, de 13h à 17h un moment d’information et de sensibilisation à ce sujet adressé au grand public, aux patients et à leurs proches.
Au programme : 

  • Echange avec nos experts cliniques pour répondre aux questions relatives au dépistage et à la prévention des escarres
  • Exposition d’un matelas dynamique
  • Diffusion d’une vidéo explicative
  • Proposition d’un jeu concours
  • et d’autres surprises !

Collectif
L’EHC et cinq autres établissements ont participé à un collectif de travail sur le thème de la prévention de ces escarres piloté par la FHV. Sa mission : accompagner les établissements à la mise en en place des mesures qui permettent de limiter la survenue des escarres comme par exemple le fait que le patient repose sur la bonne surface, l’inspection régulière de la peau, la mobilisation du patient et une attention portée à l’hydratation. L’EHC a également développé un outil visuel sous forme du calendrier mensuel de survenue des escarres avec des codes couleur, permettant de sensibiliser les collaborateurs. A la suite des résultats très positifs obtenus, l’EHC s’engage maintenant dans une phase de pérennisation et poursuit ses actions de prévention auprès des patients avec les équipes soignantes.

N’hésitez pas à venir à notre rencontre à l’occasion de la journée mondiale !

Plus d'information :

Il est temps de marcher - vidéo d'EPUAP (European Pressure Ulcer Advisory Panel)

Mesures de prévention des escarres

Partager:

Movember : mois de prévention des cancers masculins

Avec l’arrivée de l’automne, arrive les mois de sensibilisation aux cancers. Le mois de novembre est dédié à la prévention de la santé masculine et plus particulièrement au cancer de la prostate et du testicule chez les hommes. En Suisse, près de 6100 cas de cancer de la prostate sont diagnostiqués chaque année et 460 pour le cancer du testicule.

Cancer de la prostate
La prostate est une glande de l’appareil génital masculin située sous la vessie. Elle entoure l’urètre, le canal qui conduit l’urine et le sperme vers l’extérieur et sécrète le liquide séminal. En cas de tumeur, les symptômes suivants peuvent apparaître : affaiblissement du jet urinaire, douleurs dans la miction, difficultés pour uriner ou envie d’uriner plus fréquente. Cancer le plus fréquent chez les hommes, le cancer de la prostate représente près de 30% des diagnostics et est la deuxième cause de mortalité chez les hommes atteints de cancers. Maladie aux symptômes tardifs et à l’évolution lente, des contrôles réguliers sont nécessaires pour la détecter. Le cancer de la prostate affecte principalement les hommes de plus 50 ans.

Cancer du testicule
Plus rare, le cancer du testicule touche une population plus jeune, de moins 50 ans. Appartenant à l’appareil reproducteur masculin, les testicules produisent les spermatozoïdes et secrètent les hormones mâles. Les premiers symptômes possibles de cancer sont le gonflement du testicule, son durcissement, une tension ou une sensibilité plus accrue dans cette région du corps. Contrairement à d’autres cancers plus agressifs, celui du testicule est un des cancers qui se soigne le mieux, avec un taux de guérison très élevé. Un dépistage précoce est toutefois tout aussi crucial pour traiter la maladie.

Dépistage et prise en charge
A partir de 50 ans, il est recommandé aux hommes de faire régulièrement des examens préventifs pour dépister le cancer de la prostate. Ces derniers reposent sur un toucher rectal et la mesure du taux de PSA (l’antigène prostatique spécifique) dans le sang.
En cas de suspicion de cancer du testicule, un diagnostic est réalisé par un examen clinique, une prise de sang et complété par de l’imagerie médicale (échographie, scanner).

Le Service d’urologie de l’EHC prend en charge et assure le suivi personnalisé des pathologies du système uro-génital, comme le cancer de la prostate et celui du testicule. Le traitement de ces pathologies est planifié et adapté au cas par cas : chirurgie (ablation de la prostate ou du testicule), traitements médicamenteux et/ou radiothérapie. 
Parlez-en avec votre médecin traitant.

Sources : 

https://www.liguecancer.ch/a-propos-du-cancer/les-differents-types-de-cancer/le-cancer-de-la-prostate/

https://www.liguecancer.ch/a-propos-du-cancer/les-differents-types-de-cancer/le-cancer-du-testicule/

Partager:

Journée Oser tous les métiers à l'EHC

Près de 70 écoliers ont participé hier à la Journée Oser tous les métiers (JOM) organisée au sein de l'EHC.

Suivant leurs parents collaborateurs de l'EHC dans la matinée, ils se sont ensuite attelés à plusieurs ateliers métiers dans l'après-midi, du bloc opératoire au jardin, en passant par l'ergo-physio, l'hygiène des mains, les urgences et la maternité.

Une opportunité de découvrir des nouveaux métiers et faire naître des vocations.
Retrouvez  cette journée en images ici, ainsi qu'en vidéo.

 

© photos : Maud Guye-Vuillème pour l'EHC
© vidéo : Raphaël Dupertuis pour l'EHC

 

Partager:

Pages