News

Interview du Directeur général de l'EHC à la RTS

Réduire ou non le nombre d'hôpitaux en Suisse, la question divise.

Eclairages avec le Dr Mikael de Rham, Directeur général de l'EHC,  le conseiller d'Etat neuchâtelois en charge de la santé Laurent Kurth, Anne-Geneviève Bütikofer, directrice de H+, et Pauline de Vos Bolay sur le journal télévisé  19h30 de la RTS.

Partager:

Portes ouvertes organisées au Centre médical de Bussigny

L’Ensemble Hospitalier de la Côte (EHC) convie la population de la région aux portes ouvertes de son tout nouveau Centre médical à Bussigny, le samedi 1er février 2020 entre 10h00 et 14h00. Une belle opportunité offerte à tout un chacun de découvrir un centre médical de proximité, au design moderne et de rencontrer les équipes médicales qui accueilleront les patient·e·s.

Le Centre médical de Bussigny a ouvert récemment ses portes, le lundi 13 janvier dernier. Il affichait déjà quelque 200 rendez-vous pour des consultations avant même d’ouvrir, répondant aux besoins des futur·e·s patient·e·s de la région, en témoignant ainsi d’un beau démarrage pour l’EHC en ce début d’année 2020.

Le tout nouveau centre comprend des cabinets de médecine générale et de médecine spécialisée ainsi qu’un centre de proctologie, le ProctoCentre.  Les cabinets réunissent :

  • des médecins généralistes dont une praticienne en hypnose médicale
  • des spécialistes FMH en orthopédie, en gynécologie, en gastro-entérologie et hépatologie
  • des chirurgiens
  • une spécialiste en endocrinologie et en diabétologie.

A l’occasion des portes ouvertes, chacun·e pourra ainsi rencontrer les équipes médicales et découvrir les espaces neufs du centre. L’événement est ouvert à toutes et à tous, petits et grands et une collation vous sera offerte pendant l’événement.

Partager:

L’EHC encourage la recherche médicale auprès de ses collaboratrices et collaborateurs

La Commission médicale de l’EHC et le Dr Stefan Bauer, médecin-chef du Service d’orthopédie, investissent dans les Fellowships BMJ CR (British Medical Journal Case Reports) pour permettre aux médecins, assistants, physiothérapeutes et autres collaborateurs médicaux de l’EHC de soumettre sans frais des « case reports », toutes disciplines médicales confondues, sur les plateformes BMJ CR et PubMed pendant une année.

BMJ est une des revues médicales les plus lues au monde. La rédaction des « case reports » y est relativement simple, grâce à l’aide d’un modèle structuré. Le taux d’acceptation de la revue BMJ CR est de 60% avec un index sur la plateforme PubMed (medline), le principal moteur de recherche de données bibliographiques sur la biologie et la médecine.

Le Dr Fabio Poroes, ancien assistant en chirurgie, publiera le premier case report de l’EHC en 2020 avec un sujet sur l’épaule, sous la supervision du Dr Stefan Bauer, intitulé : “Atypical biceps related complication of proximal humerus fractures leading to internal shoulder impingement due to tendon stump dislocation.”

L’EHC encourage ses collaboratrices et collaborateurs ainsi que les médecins des centres médicaux de l’EHC à soumettre des cas intéressants à BMJ. La revue s’intéresse notamment aux cas avec des leçons cliniques, les cas rares ainsi que ceux sur des nouvelles techniques. Contactez le Dr Stefan Bauer par email pour obtenir les codes d’accès.

Partager:

L’EHC s’engage dans le programme pilote « Progress! COM-Check - Sécurité chirurgicale »

L’EHC s’engage dans le programme pilote « Progress! COM-Check - Sécurité chirurgicale », conduit par la Fondation Sécurité des patients Suisse. Ce programme vise l’amélioration continue et durable de la sécurité des patients en chirurgie, un engagement permanent à l’EHC. L’EHC a effectivement été l’un des premiers établissements, en Suisse romande à mettre en application la check-list du bloc opératoire avec un suivi rigoureux du bon renseignement de cette dernière.

L’EHC a pris l’initiative, sous la houlette de sa Direction générale, de mobiliser dans la démarche de ce programme, la quasi-totalité des disciplines médicales de l’hôpital, à savoir l’orthopédie, la chirurgie, la gastro-entérologie, la chirurgie vasculaire, la gynécologie et l’anesthésie. Des représentant·e·s des soignant·e·s sont également impliqués.

 « Ce projet permettra de vérifier la bonne réalisation de la check-list en bloc opératoire, par des observations de terrain. » précise Laure-Line Lebrun, Chargée de la sécurité des patients à l’EHC. Chaque membre de l’équipe du bloc s’arrêtera effectivement dans son activité, avant une intervention en bloc opératoire, pour partager les informations de la check-list et les contrôler en coordination avec ses collègues. Les interventions testées durant cette étape pilote sont destinées à être rendues publiques à l’issue du programme.

Le programme national pilote « Progress! COM-Check - Sécurité chirurgicale »  démarre en janvier 2020, avec une séance de lancement le 16 janvier 2019, et dure jusqu’en avril 2021. Il s’inscrit notamment dans le cadre de la « Stratégie fédérale en matière de qualité dans le système de santé suisse » qui a pour objectif d’améliorer la sécurité chirurgicale par l’utilisation systématique et correcte de cette check-list.

Légende de la photo (de droite à gauche) :

  • Dr Xavier Morisod (Médecin chef en anesthésie à l’EHC),
  • Dr François Saucy (Médecin chef en chirurgie vasculaire à l’EHC),
  • Eric Janicaud (Directeur du Département soins aigus et réadaptation à l’EHC),
  • Tony Gratet (Infirmier en anesthésie SMUR à l’EHC) 
  • Laure-Line Lebrun (Chargée de la sécurité des patients à l’EHC).

 

Partager:

Des urgences ophtalmologiques à l’EHC

Depuis l’automne 2019, l’Ensemble Hospitalier de la Côte prend en charge les urgences ophtalmologiques à Renens. Le Dr Olivier Richoz, médecin spécialiste en ophtalmologie, propose désormais une consultation d’urgence, sur appel, du lundi au samedi au sein du Centre médical du Simplon.

A Renens, le Dr Olivier Richoz bénéficie d’un plateau technique ultra-moderne qui lui permet d’offrir un suivi ambulatoire complet sur rendez-vous et d’intervenir en cas d’urgence ophtalmologique. Il prend notamment en charge les pathologies suivantes :

  • Consultation et suivi ophtalmologiques, prescription de lunettes
  • Dépistage et suivi du glaucome
  • Dépistage et suivi de la dégénérescence liée à l’âge (DMLA)
  • Dépistage et suivi de la rétinopathie diabétique
  • Ophtalmologie pédiatrique
  • Chirurgie de la cataracte et des paupières

En cas de problème urgent lié à vos yeux ou à des troubles de la vision, vous pouvez contactez le 021 552 12 65, un numéro exclusivement dédié aux urgences ophtalmologiques. Ces dernières sont ouvertes du lundi au vendredi, de 8h15 à 19h00 et le samedi, de 9h00 à 13h00.

Plus d’information sur https://www.ehc-vd.ch/prestation/ophtalmologie

Partager:

Le nouveau Centre médical de Bussigny et le Centre de proctologie de l’EHC ouvrent leurs portes

Situé en plein cœur de Bussigny, le tout nouveau centre médical de l’EHC a accueilli ses premiers patients hier matin, dans un bâtiment flambant neuf. Ce dernier comprend des cabinets de médecine générale et de médecine spécialisée ainsi qu’un centre de proctologie, le ProctoCentre. Avec cette ouverture, l'EHC démarre fort l'année 2020 en poursuivant son développement, qui passe par la création de centres médicaux de proximité pour répondre aux besoins de la population locale.

Les cabinets du Centre médical de Bussigny réunissent des médecins généralistes (Dr Alexis Morales Boscan) dont une praticienne en hypnose médicale (Dre Elise Cotasson), des spécialistes FMH en orthopédie (Dr Nicolas Rueff), en gynécologie (Dre Bojana Ivanovic), en gastro-entérologie et hépatologie (Dr Stéphane Lelouch), des chirurgiens (Dre Céline Duvoisin Córdoba et le Dr David Petermann) et une spécialiste en endocrinologie et en diabétologie (Dre Antía Juane Cobián). Le Centre médical est également équipé de manière à pouvoir réaliser, sur place, les principales investigations (radiologie et laboratoire) et les actes de soins standards.

L’offre du ProctoCentre est, quant à elle, nouvelle et se distingue par son niveau de spécialisation, avec une prise en charge dédiée des patients et de leurs différentes pathologies proctologiques comme les dysfonctions du rectum et de l’anus. Pour ce faire, deux spécialistes en chirurgie (la Dre Céline Duvoisin Córdoba et le Dr David Petermann) travaillent de manière complémentaire au ProctoCentre et leur équipe est articulée de manière qualitative à celle de l’Hôpital de Morges. Le ProctoCentre bénéficie également d’un plateau technique ultra-moderne et de l’utilisation des dernières techniques de pointe dans le domaine de la proctologie.

Enfin, la prise en charge des patients se fait de manière interdisciplinaire, associant à la fois des gastro-entérologues, des physiothérapeutes, des diététiciennes, des gynécologues ainsi que des dermatologues.  Grâce à tous ces équipements et à ses équipes dédiées, le Centre médical de Bussigny dispose des meilleures conditions pour garantir une excellente qualité dans la prise en charge de ses patients.

Découvrez les articles dans la presse :

Journal de Morges, Pénurie de généralistes à Morges (janvier 2020)

Journal de la région de Cossonay, Généralistes et proctologie (janvier 2020)

Partager:

Un magnifique concert offert aux patient·e·s de l’Hôpital de Morges

A quelques jours des fêtes de fin d’année, les patient·e·s de l’Hôpital de Morges ont eu la chance d’être conviés à un magnifique concert de violoncelles, interprété par les élèves du Conservatoire de l’Ouest Vaudois (COV). Organisé comme chaque année depuis 2015 par la Dre Nicole Doser – médecin cheffe au Service de médecine de l’EHC – ce dernier s’est déroulé le mercredi 18 décembre 2019. Convivialité et détente étaient au rendez-vous, pour le plus grand plaisir des patient·e·s !

« La période des fêtes est toujours un moment spécial dans l’année, synonyme de partage en famille. Etre hospitalisé·e à ce moment-là n’est évident pour personne. Nous avons donc pensé à organiser un moment de partage festif en faisant venir les enfants du conservatoire de Morges pour qu’ils jouent des chansons de Noël. C’est vraiment un concert magique tant pour les enfants que pour les patient·e·s. »

Une vingtaine d’élèves de la classe de M. Gérard Leclerc, professeur de violoncelle au COV, ont joué pendant près d’une demi-heure de célèbres hymnes de Noël pour un public venu en nombre, attentif et ravi du concert. Il s’agit de morceaux qui ont été travaillés durant l’année et c’est une opportunité unique de les présenter à un large auditoire. Patient·e·s, soignant·e·s et proches ont été transportés quelques instants dans l’univers magique de Noël et la soirée s’est terminée autour d’une délicieuse collation préparée par les cuisines de l’hôpital.

Partager:

En 5 ans, près de 3'000 seniors ont bénéficié des soins de l’Hôpital de Morges

Développé en 2014, le Service de Soins aigus aux seniors (SAS) de l’EHC fait figure d’exemple parmi de nombreuses institutions en Suisse romande. Retour sur cette petite révolution en milieu hospitalier.

Un enjeu de taille
Le milieu hospitalier est parfois délétère pour la population âgée, car « quand ces patients arrivent, ils se déconditionnent rapidement, perdent leurs repères et habitudes. 50% des pertes fonctionnelles ont lieu durant une hospitalisation », explique Yaëlle Rhyner, infirmière clinicienne experte en gériatrie.

Les équipes soignantes ne sont, quant à elles, pas toujours armées pour prodiguer des soins aux personnes âgées. « Avant le développement du SAS, une des grandes plaintes pour la sécurité était que les collaborateurs ne savaient pas gérer les patients agités et se sentaient parfois en danger. Aujourd’hui, cette plainte a pratiquement disparu, car nous avons pu leur donner de bons outils », continue la Dre Nicole Doser, médecin-cheffe en gériatrie à l’EHC. La Dre Nicole Doser et Yaëlle Rhyner donnent régulièrement des formations aux nouvelles collaboratrices et nouveaux collaborateurs de médecine où l’on ne parle plus de prise en charge mais de « prise en soins » car il s’agit de s’occuper du patient dans son ensemble. Au-delà du traitement médical, il faut aussi s’assurer que les personnes âgées puissent retourner à la maison dans les meilleures conditions possibles et leur permettre de conserver au maximum leur indépendance.

Une approche globale et multisensorielle
Situé au 2ème étage de l’Hôpital de Morges dans le Service de médecine, le SAS est facilement identifiable par ses portes de chambre violettes, arborant des dessins de chapeau ou de coccinelle pour aider les personnes aux troubles cognitifs à mieux se repérer. D’autres aménagements spéciaux ont été réalisés comme des barres lumineuses automatiques pour les toilettes ou des bandes noires au sol des portes du service pour créer un sentiment de vide, ralentissant des patients confus souhaitant sortir. Un jardin thérapeutique – composé de plantes aromatiques, romarin, basilic, sauge et de plants de tomates – a aussi été aménagé dans les jardins de l’hôpital. L’idée : stimuler les patients par une expérience sensorielle afin de les reconnecter à la réalité.

Un service qui a fait ses preuves
D’après les chiffres du SAS, seulement près d’1% des patients restent dans un état confusionnel après leur passage dans le service. « Les effets sur nos patients ont été bénéfiques. On voit que notre approche a porté ses fruits », se félicite Yaëlle Rhyner. Depuis le lancement du service en 2014, près de 3'000 patients y ont été traités. Ce succès attire d’ailleurs l’attention d’autres institutions, en Suisse romande et au-delà, qui viennent régulièrement visiter le SAS pour découvrir ses bonnes pratiques. « Je n’ai pas commencé ma carrière dans cet univers, mais pour rien au monde je ne changerais ce que je fais aujourd’hui », conclut la Dre Doser.

Le SAS  : une équipe pluridisciplinaire
Le SAS c’est aussi une approche pluridisciplinaire qui réunit plusieurs disciplines afin de permettre un suivi global et adapté aux personnes âgées. Le service collabore notamment avec la physiothérapie et la diététique. Voici en quelques mots ce que le SAS signifie pour celles et ceux qui y travaillent  :

  • Sylvie Dentan, cheffe du Service de physio-ergo  : « Cette nouvelle approche du patient gériatrique propose un plan de thérapies adapté à ses besoins afin de favoriser son autonomie et son retour au domicile.  »
  • Carine Robinet, aide-soignante : « Le SAS a marqué une révolution dans la prise en soin du patient âgé et une évolution dans nos mentalités de soignants, notamment en nous recentrant sur l’humain dans les soins.  »
  • Catherine Pouly, diététicienne  : « Une alimentation équilibrée est importante tout au long de la vie et cela s’accentue avec l’âge. Les seniors représentent une population à haut risque de dénutrition ; leur alimentation apparait donc comme un facteur essentiel dans une prise en soins globale. »
  • Sabine Janier-Dubry, ICUS du Service de médecine 1  : «  Enfin une unité hospitalière qui met à disposition de nos personnes âgées fragiles, en situation aigue d’une pathologie, de véritables compétences soignantes gériatriques ainsi qu’une infrastructure adaptée.  »
  • Rachel Piguet Bertossi, infirmière clinicienne s’exprime en reprenant les mots de Victor Hugo pour qui « La vieillesse bien comprise est l'âge de l'espérance. »
  • Alexia Maspero-Deslex, neuropsychologue  et Ulrika Hedman, psychologue : « L’écoute participe au bien-être et au maintien de la qualité de vie des patients. »
  • Fabienne Savoy, responsable médico-économique  : « Une approche pluridisciplinaire au service du patient.  »
  • Carole Ricbourg, infirmière de liaison  :  «  Le SAS offre au patient âgé le respect de ses choix de vie.  »

© photo : Maud Guye-Vuillème pour l'EHC

Partager:

La Chaplin's Night clôture l'année du 150ème anniversaire de l'Hôpital de Morges dans la magie !

Vendredi 6 décembre 2019, près de 1600 personnes se sont donné rendez-vous sur la Place de Bellerive à Lausanne sous un chapiteau pour assister au 125ème spectacle du Théâtre des enfants de La Paternelle, « Charlot et les égarés du cinématographe ».

Animé par une troupe de 200 jeunes, le spectacle a montré comme le disait Charlie Chaplin que « Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire paraître. » Un vrai feu d’artifice de couleurs et d’émotions pour clôturer une année exceptionnelle ! Une soirée magnifique et pleine d'émotions sur le thème universel de Chaplin pour remercier les collaboratrices, collaborateurs et amis de l’EHC de leur soutien et leur engagement au quotidien. Un grand bravo aux organisateurs, à nos équipes et à la merveilleuse troupe du Théâtre des enfants de La Paternelle.

Revivez la soirée en images avec la galerie photos et le clip ci-dessous  :

 

Découvrez les articles sur le spectacle :
 La Paternelle déménage pour son 125ème spectacle
- 20 Minutes
- Le Matin
- La Liberté
- La Tribune de Genève
- 24 heures
Indémodable Chaplin, Journal de Morges

Partager:

Traitement ciblé des cicatrices à l'EHC

Le thème du traitement des cicatrices est encore relativement peu abordé dans le suivi des patients en physiothérapie et ergothérapie, les cicatrices étant considérées comme peu limitatives. Et pourtant, cette pratique spécifique revête une importance particulière car certaines cicatrices ont une incidence concrète sur le mouvement, certaines douleurs et la souplesse des tissus.

C’est le cas plus particulièrement des grandes cicatrices liées à des interventions chirurgicales comme l’opération du sein suite à un cancer, la pose d’une prothèse de genou, l’opération de la main ou la greffe de peau. Ces cicatrices sont travaillées de manière spécifique à l’EHC, manuellement et maintenant mécaniquement grâce à un appareil de dermo-aspiration, acquis en janvier 2019 par le Service physio-ergo.

Sylvie Dentan, Responsable du Service physio-ergo à l’EHC est spécialiste dans ce genre d’interventions. Elle a formé son équipe et ensemble, ils travaillent en interdisciplinarité avec la Dre Nathalie Koch, médecin agréée au Service de chirurgie plastique, esthétique et reconstructive et avec le Dr Lucien Perey, médecin agréé du Service d'oncologie, à l’EHC. Les Dr Koch et Perey l’ont d’emblée soutenue dans sa démarche en se montrant sensibles à l’importance de travailler à l’implémentation de bonnes pratiques dans le traitement des cicatrices, pour un meilleur suivi et le bien-être des patients. «  Les patients concernés par cette prise en charge voient des résultats concrets très rapidement, tant dans l’amélioration de leurs mouvements que la souplesse de leurs tissus » précise Sylvie Dentan, avec le sourire. Deux aspects qui font, selon elle, toute la différence dans leur quotidien.

Partager:

Pages