Message d'état

Active context: h_morges

News

Le symposium d'antalgie en images

Antalie Morges vidéo

Souvenez-vous, c’était le 4 octobre dernier. Le Centre d’antalgie de Morges fêtait ses 30 ans et mettait sur pied un symposium pour l’occasion; un temps riche en échanges entre professionnels de l'EHC, spécialistes du domaine et professionnels de la santé de la région. Découvrez-en quelques moments forts dans ce beau clip vidéo.

URL de partage

L'intelligence artificielle à l'affiche des Midis scientifiques de l'EHC

Intelligence artificielle Marcel Salathé à l'EHC

Ce jeudi 22 novembre, l’EHC a l’honneur de recevoir le Prof. Marcel Salathé dans le cadre de ses Midis scientifiques. Thème de sa conférence : l’intelligence artificielle et la santé.

Professeur associé à l’EPFL, Marcel Salathé y dirige le Laboratoire d’épidémiologie numérique au sein du Campus biotech. Cet épidémiologiste numérique travaille à la confluence de la biologie des populations, des sciences computationnelles et des sciences sociales. Depuis 2016, il est le directeur académique de l’EPFL « Extension School », dont la mission consiste à dispenser une formation en ligne de très grande qualité dans les technologies numériques.

URL de partage

A la découverte du métier de mes parents

JOM Hôpital de Morges

Jeudi 8 novembre, pas moins de 75 enfants âgés de 11 à 13 ans ont participé à la Journée «  Osez tous les métiers  » au sein de l’EHC. L’occasion pour eux de découvrir la diversité des métiers de l’hôpital dans une ambiance ludique.

Après une matinée avec leur parent, les enfants ont pu participer à trois des six ateliers proposés, parmi lesquels une visite de la Maternité ou encore du bloc opératoire. «  Pour moi, il n’y pas de métiers pour les filles et d’autres pour les garçons. Chaque métier est pour tous  », a expliqué Zoé, qui participait pour la première fois à cette journée, mise sur pied depuis 2003 dans le canton de Vaud. De quoi, peut-être, faire naître des vocations…

URL de partage

Enfin une clinique qui vous offre la sécurité d’un hôpital de pointe

clinique de morges confort sécurité

En ce début novembre, la Clinique de Morges s’apprête à recevoir ses premiers patients dans un environnement particulièrement soigné et accueillant, au dernier étage de l’Hôpital de Morges. Cette clinique flambant neuve offre à la patientèle privée de la région à la fois la sécurité d’un hôpital 24h/24, 7j/7 et le confort d’une clinique privée. Une offre unique qui complète avantageusement l’offre privée du canton et marque la fin des travaux d’extension de l’hôpital.

«  La Direction générale de l’EHC est fière de proposer une offre inédite et unique qui répond aux attentes de la patientèle privée de la région, soit près d’un quart de la population  », se réjouit Mikael de Rham, Directeur général. Nouvel établissement au sein de l’EHC, la clinique accueillera ses premiers patients dès le 5 novembre 2018.

A la Clinique de Morges, les patients bénéficient du libre choix du médecin, d’une prise en charge personnalisée, rapide et continue, et d’un haut niveau de sécurité de soin dans plus de 40 disciplines médicales. Au niveau hôtelier, elle offre tout le confort d’une clinique avec seize chambres individuelles au design soigné, une restauration haut de gamme, un espace lounge et une terrasse avec vue sur le lac et le Mont-Blanc.

URL de partage

Le Centre d'antalgie de Morges à l'honneur sur La Première

Centre antalgie Morges 30 ans

Ce lundi matin 1er octobre, le Dr Julien Rossat, médecin chef du Département d'anesthésiologie et antalgie de l'EHC, et Anne Durrer, adjointe à la Direction des soins, étaient les invités de l’émission CQFD sur les ondes de RTS La Première. Une belle occasion de mettre en lumière l’expertise du Centre d’antalgie de Morges, qui fête ses 30 ans cette année. Et de saluer le travail de l’ensemble des professionnels du centre qui œuvrent au quotidien pour soulager les patients souffrant de douleurs chroniques.

En écoutant les quelque 20 minutes de l’émission, vous découvrirez l’origine du Centre d’antalgie morgien. Vous apprendrez également comment la douleur chronique est le fruit d’une évolution et comment les professionnels se mettent à l’écoute de l’histoire médicale du patient. Vous apprendrez enfin comment les traitements sur-mesure proposés aux patients sont toujours au service du même objectif : soulager la douleur et renforcer l’autonomie de la personne dans ses activités quotidiennes.

Pour rappel, l'EHC organise ce jeudi 4 octobre un symposium pour fêter les 30 ans du centre, au Casino de Morges. Toutes les infos sur l'actualité.

Sur la photo, les journalistes Stéphane Délétroz (à gauche) et Silvio Dolzan (devant) entourent  Anne Durrer et le Dr Julien Rossat  (à droite).

URL de partage

Un symposium pour fêter les 30 ans du Centre lémanique d’antalgie

Le jeudi 4 octobre, l’Ensemble Hospitalier de la Côte (EHC) a le plaisir d’organiser un symposium sur ce thème : « Le traitement de la douleur : évolution d’options thérapeutiques choisies. » C’est à l’approche de la journée mondiale de la douleur et pour fêter les 30 ans du Centre lémanique d’antalgie que vous êtes attendus de 16 h à 20 h, au Casino de Morges. Inscriptions à l’adresse : inscription@ehc.vd.ch

Cinq spécialistes prendront la parole : (Cette partie scientifique sera suivie d’un moment festif.)

Dr Denis Dupoiron : Administration intrathécale des médicaments

Institut de Cancérologie de l’Ouest - Paul Papin, Angers (F)

Prof. Sam Eldabe : Stimulation médullaire

James Cook University Hospital, Middlesbrough (GB)

Dr Jack R Foucher : Aspects pratiques de la stimulation magnétique transcrânienne

Hôpitaux universitaires de Strasbourg (F) 

Dr Etienne Muanasaka : Aspects cliniques de l’hypnose

Hôpital Raymond-Poincaré, Paris (F) 

Prof. Fred Paccaud : Epidémiologie de la douleur chronique

Ancien Directeur de l’Institut universitaire de médecine sociale et préventive, Lausanne

URL de partage

Rouler en voiturette électrique jusqu’au bloc : « C’était “ cro cro ” bien ! »

Photographie : Sébastien Bovy

Depuis quelques semaines, le Service de pédiatrie de l’EHC révolutionne le transport de ses petits patients. Ils peuvent désormais tailler la route au volant de petits bolides électriques entre leur chambre et le bloc opératoire. Le but : influencer positivement la durée de leur hospitalisation et le souvenir qu’ils en garderont. Céline Roth, la maman de Timothée (6 ans) confie : « L’opération est un monde qui peut faire peur, mais lorsque je l’ai vu sourire, je me suis sentie apaisée. »

Et cette innovation à l’échelle romande trouve son point d’origine dans l’enthousiasme de Valérie Klein — sage-femme cheffe de Direction des soins à l’EHC — pour une expérience similaire menée à l’Hôpital de Valenciennes (F) ; et dans la générosité d’une donatrice anonyme. Grâce à cela, le Service de pédiatrie dispose désormais d’une flottille de deux voiturettes électriques. Les enfants ont donc le choix entre une Maserati ou une Mini Cooper et pour les petits militants de la mobilité douce, les professionnels de soins de l’EHC reviennent avec compétence et bienveillance à des méthodes plus classiques.

Voir la vidéo

URL de partage

Prescriptions médicamenteuses : les EMS innovent

L’EHC poursuit ses efforts en matière d’optimisation des prescriptions médicamenteuses. Nouveauté, des cercles de qualité qui réunissent médecins, pharmaciens et soignants ont démarré ces derniers mois au sein des EMS. Soutenus par le Service de la santé publique, ils ont pour objectif prioritaire de promouvoir une prescription et une consommation de médicaments basées sur l'économicité, l'efficacité et la sécurité. Ces cercles viennent compléter les visites cliniques trimestrielles pluridisciplinaires au lit du résident qui existent depuis plusieurs années.

« Nous travaillons également à établir un consensus de traitement parmi les médecins intervenants en EMS, de même qu'une liste de médicaments de premier choix », explique Noémie Marcoz, pharmacienne à la Pharmacie interhospitalière de la Côte (PIC), qui assure une partie de la formation continue des professionnels de l’EHC dans le domaine de la sécurité médicamenteuse. « L’objectif est d’optimiser la prescription médicamenteuse et de supprimer les médicaments inutiles », note sa collègue Laëtitia Jaren, spécialisée dans les cercles de qualité en EMS. Une nouvelle formation est prévue d’ici à fin 2018.

Photo: http://pharmpic.ch/Recommandations-dutilisation.html

Lire aussi : https://www.letemps.ch/sciences/medicaments-faut-sinteresser-ressenti-patients

URL de partage

Se reposer sur ses lauriers ?

En février 2018, la Société Suisse de Médecine Intensive a vérifié le bon respect des nombreux critères de certification (108 critères obligatoires et 82 critères facultatifs). Cette certification SSMI atteste de la conformité de la prise en charge des patients quant aux critères de qualité et de sécurité exigés. « C’est une véritable plus-value pour le personnel et les patients », précise La Dre Michèle Bovy — médecin cheffe de l’Unité.

Depuis le début de l’année, l’Unité fournit un travail de mise à jour constant dans une multitude de domaines. Premièrement, l’effectif du personnel infirmier est régulièrement évalué et mis à jour. Deuxièmement, l’effectif médical a été renforcé par l’arrivée du Dr Julien Rossat et de la Dre Anna Bauer. Troisièmement, l’enseignement de l’EHC bénéficie actuellement de nouvelles formations continues. Quatrièmement, des éléments de sécurité ont été ajoutés avec l’installation de caméras dans les boxes sans surveillance directe. Finalement, de nouvelles pompes volumétriques permettant l’administration de médicament avec un débit plus précis ont aussi été mises en service. « Nous anticipons ainsi la prochaine certification prévue dans cinq ans », précise la Dre Michèle Bovy — médecin cheffe de l’Unité.

URL de partage

Un véhicule sur-mesure pour le SMUR de Morges

Le 5 juillet 2018, le SMUR de Morges a inauguré son nouveau véhicule. Un outil de travail crucial pensé dans les moindres détails pour faciliter les quelque 800 interventions annuelles du service aux quatre coins du district. Le 3e de son histoire, née au début des années 2000.

Avec ses presque 150 000 kilomètres et bientôt huit ans de bons et loyaux services, le véhicule d’intervention du SMUR rattaché à l’EHC avait fait son temps. « Comme c’est un véhicule qui ne circule que sur des courses urgentes, il souffre un peu plus qu’un autre », sourit Marc Maiandi, infirmier responsable depuis 2015 du Service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) morgien. Un service qui a bénéficié du financement de la Santé publique vaudoise pour acquérir son nouveau véhicule, indispensable à sa mission.

« Entre la demande à la Santé publique et la réception du véhicule, en passant par son cahier des charges et les aménagements intérieurs demandés au concessionnaire, le projet aura duré un an », souligne l’infirmier spécialisé, au bénéfice d’une vingtaine d’années d’expérience dans les interventions extrahospitalières. Le modèle choisi par le SMUR de l’EHC est identique à celui de ses cousins d’Yverdon et de Nyon : un break BMW 4X4 automatique, la marque offrant le meilleur rapport qualité/prix lors de l’appel d’offres lancé par le canton. Un véhicule pratique, facile à prendre en main par l’infirmier SMUR qui le conduit et qui répond à une longue liste d’exigences, à l’image des airbags à l’avant et à l’arrière.

Rapidité d’engagement et sécurité

« L’aménagement du cockpit, qui comprend aussi une tablette et un GPS, a été pensé pour être extrêmement ergonomique », poursuit Marc Maiandi, pour qui la rapidité d’engagement et la sécurité constituent les critères clés. L’aménagement arrière (coffre) a également été fabriqué sur-mesure — une première de ce type pour un véhicule BMW —, dans le but d’éviter que le matériel de soin ne pénètre dans l’habitacle en cas freinage d’urgence ou d’accident. Une réflexion menée en amont et jusque dans les moindres détails par l’infirmier et son équipe, forts de leur large expérience du terrain extrahospitalier.

Particularité du SMUR de Morges, ses neuf soignants sont tous des infirmiers anesthésistes. Un choix institutionnel qui remonte à sa création au début des années 2000, sous l’impulsion du médecin anesthésiste Dominique Chédel, qui voyait une complémentarité de compétences entre un médecin assistant en médecine interne et un infirmier anesthésiste. « C’est un tandem optimal que d’autres SMUR du canton nous envient », note Marc Maiandi. Un tandem qui profite donc depuis cet été d’un véhicule flambant neuf, prêt à intervenir en moins de quinze minutes aux quatre coins du district ainsi que dans tout l’Ouest lausannois.

URL de partage

Pages